Vous l’avez remarqué,  les marques de smartphones et tablettes florissent dernièrement bien plus vite que les innovations technologiques. Les marques, les App, et les fonctionnalités ne sont qu’une question de prix, pas de marque. À l’heure oú l’innovation semble hiberner, tout le monde tourne la tête vers les très prometteurs écrans OLED Flexibles presentés par Samsung. La révolution serait-elle en marche ?

L’OLED est fabriqué à base de substrat, en verre ou plastique. C’est de ce dernier que l’écran tire sa flexibilité, obtient de riches couleurs et une densité de résolution dont ont besoin les petits écrans. De par sa nature malléable, on pourrait penser que sa résistance aux chocs est bien supérieur. Moins de casse, donc moins de réparations ? Tout n’est pas encore joué.

Car il faut bien distinguer deux variantes lorsque l’on parle des écrans souples OLED

  • 1- L’écran incurvé, dont la forme ne change pas.

Le fabricant du dispositif courbe l’écran, mais l’utilisateur final ne peut pas changer la forme. Derrière les très jolis dessins, l’OLED flexible a plusieurs avantages spécialement dans les dispositifs mobiles. L’affichage est léger, fin et plus solide comparé aux écrans en verre.

  • 2- le dispositif est flexible, il peut être plié, enroulé ou étiré.

C’est la version la plus prometteuse, qui permettrait une large surface d’affichage sans pour autant prendre plus de place dans la poche, car l’écran resterait enroulé lors de ses périodes d’inactivité.

Alors oui, les applications seraient très vendeuses mais…

Imaginez que votre télé occupe tout le mur du salon et puisse s’enrouler et disparaître une fois le film fini… Que la porte de votre frigo en affiche tout son contenu. Ou que vous puissiez coller un écran n’importe où, dans la voiture pour les enfants, sous la tente en camping. Pensez au confort d’une tablette qui une fois son écran enroulé aurait les dimensions d’un stylo.

C’est beau, certes, cependant, derrière cette esthétque et cette robustesse , il y a aussi une faiblesse. On entend dire que l’environnement où il se trouve peut influencer les effets de l’affichage de la OLED flexible. À de hautes températures au-delà de 100ºC ou inférieur à ‘10ºC  ils ne pourront pas assurer de bonnes prestations. Un inconvénient sans doute remédié avec l’arrivée à maturité de la technologie, mais dans combien de temps?

Des doutes persistent :

Pliable veut-il dire incassable ? Nous mettons nos smartphones à rude épreuve, et tout ce qui se plie n’est pas éternel. Les tests de résistance  ne sont pas encore publiés.  A voir donc…

D’autre part, alors que LG et surtout Samsung viennent de « macker » le marché des écrans avec leur technologie OLED, dont Apple est le premier client, il est probable que le géant Coréen veuille profiter un peu plus du filon avant de lancer lui même la prochaine technologie.

Surtout que, ne l’oublions pas, les écrans rigides, et leur casse, sont le premier motif de remplacement, et donc de ventes de smartphones. Quel fabricant voudrait se tirer une balle dans le pied ?

Ensuite, il existe encore des doutes quant au rendement des écrans souples. Ils ne semblent pas encore prêts pour le grand public. Et leur prestation seraient plutôt décevantes au delà de 100º, et, surtout en dessous de 10º !

Enfin, vient la question de la politique de prix de ces produits, Le prix des  iPhone 8 et le Note 8 ont fait grincer bien des dents et le responsable désigné par les fabricants serait le prix de fabrication des écrans. On est donc en droit de s’interroger sur l’acceptation qu’aura un produit à l’écran souple et donc, encore plus cher

CONCLUSION

Beaucoup, surtout parmis les réparateurs de smartphones et tablettes, tremblent en pensant à l’arrivée des écrans OLED flexible. « Que va-t-on faire quand les écrans ne se remplaceront plus ? », se demandent-ils ?

En ce qui nous concerne, tant que les constructeurs se poseront les mêmes questions, il n’y a pas lieu de s’inquiéter.  Cette technologie arrivera sans doute prochainement et apportera beaucoup d’esthétique et de nouvelles application.

Qu’elle mette fin à l’arborescence programmée et fasse que nous achetions beaucoup moins de produits de leur fabricant, c’est autre chose. Car au final le but de tout le monde c’est de vendre non ?